Salaires et statistiques pour techniciens de son au Québec, Canada (Deuxième partie)

night-office-shirt-mail

Intro

Pour les techniciens de son en herbe tout frais sortis de l’école ou pour ceux qui considèrent une carrière dans le son, la question du salaire et combien on peut espérer gagner dans le domaine de l’audio, est souvent compliquée à aborder. Si vous débutez dans l’industrie vous devez vous demander combien vous pouvez demander pour vos premiers contrats. Nous verrons ici que combien vous demandez dépend du secteur de l’industrie dans lequel vous travaillez et où vous êtes situés géographiquement. J’ai comparé une variété de statistiques gouvernementales officielles pour le Québec et je vais partager avec vous les résultats de ma recherche. J’espère que cela vous aidera à planifier sagement votre carrière dans l’industrie du son. Aussi, on obtient une meilleure perspective de cette industrie fascinante lorsqu’on met la question des salaires dans le contexte. La dernière fois nous nous sommes intéressés aux « techniciens en enregistrements audio et vidéo », cette fois nous allons explorer le travail dans le « live » ainsi que les « techniciens de diffusion», qui sont les deux catégories où se retrouvent la majorité des techniciens de son.

Le «live » et les arts du spectacle

Perspective d’emploi

Selon L’institut de la Statistique du Québec, l’industrie des arts du spectacle se porte bien puisque le nombre de performances et la participation à ces évènements « live » (danse, musique, théâtre, humour…) ont augmenté entre 2005 et 2012 et on annonce que cela va continuer pour les années à venir.

Critères de l’emploi

Le travail dans le contexte du « live » constitue une excellente façon pour des techniciens de son en herbe d’acquérir de l’expérience et se faire un réseau, puisque c’est plus facile d’intégrer ce secteur de l’industrie. Les possibilités d’emploi sont nombreuses, surtout pour un débutant (au contraire des autres sections de l’industrie soit les jeux vidéo, la diffusion et l’enregistrement) mais sont souvent peu stables et fonctionnent à contrat ou sur appel, avec des périodes de travail très intensives (saison des festivals) suivies de périodes d’inactivité (hiver). L’Enquête sur la Population Active (EPA) de 2011 révèle qu’il y a plus de techniciens d’enregistrement (24%) qui travaillent à contrat que dans les autres occupations et les autres domaines (un peu moins que 11%). Les techniciens polyvalents qui peuvent cumuler leurs responsabilités de prise de son avec la planification des scènes, de l’éclairage et de l’équipement vidéo ont de meilleures chances d’avoir du travail à l’année. Service Canada offre comme conseil de devenir le plus polyvalent possible et de combiner des sensibilités « artistiques et esthétiques » à leurs connaissances techniques.

Techniciens de diffusion

Emploi Québec ne détient pas de chiffres pour les « techniciens en radiotélédiffusion », probablement parce qu’il n’en existe pas assez pour pouvoir en tirer des statistiques et faire des prédictions fiables à leur sujet. Le gouvernement du Canada publie des statistiques pour les techniciens de diffusion. Il estime qu’en moyenne moins de 1500 hommes (74%) et femmes (26%) travaillent comme techniciens de diffusion au Québec (moyenne des années 2010-2012). Il est intéressant de constater que 88% des techniciens de diffusion travaillent à temps plein tandis que dans les autres occupations et autres domaines, seulement 81% des travailleurs sont à temps plein. L’Enquête sur la Population Active (EPA) de Statistiques Canada de 2011 révèle que le salaire moyen pour les techniciens en radiodiffusion se situe au dessus de 56,000$ tandis que le salaire moyen dans tous les autres domaines est d’environ 50,000$. Environ 84% des techniciens de radiodiffusion ont une salaire de plus que 50,000$. C’est à dire que les techniciens de radiodiffusion rapportent plus que la population moyenne. Il est à noter que seulement 8% des techniciens en radiodiffusion détiennent un baccalauréat (l’équivalent d’une licence en France). Un diplôme post secondaire est suffisant pour 67% des techniciens de radiodiffusion. Concernant l’avenir, le Gouvernement du Canada dit ne pas « être en mesure d’en venir à une conclusion fiable » pour cette catégorie de travail puisqu’il n’y a pas suffisamment de données pour prédire l’avenir en toute certitude.

Où se trouvent les postes au Québec?

Selon Statistiques Canada, la majorité des postes en radiodiffusion au Québec se trouvent dans les villes. En 2011, 37% des techniciens en radiodiffusion travaillaient dans la région de Montréal, 23% dans la région de Québec et 23% en Montérégie. Il y a peu de postes en Outaouais (8%), dans la région de Lanaudière (6,9%)et dans la région de Laval (4,6%) pour les techniciens en radiodiffusion, et en dehors de ces régions le nombre est quasi nul.

J’espère que ces informations sauront donner aux futurs techniciens de son une meilleure idée d’où trouver du travail dans l’industrie du son au Québec et du salaire auquel ils peuvent aspirer.

Questions et commentaires: k.blondy@musitechnic.net