Le travail gratuit (Partie 2)

Les artistes comme les techniciens de son se font régulièrement proposer de travailler gratuitement. Même sans salaire, il peut-être tentant d’accepter de participer à des projets non payants. Pour citer un exemple, l’ingénieur du son Geoff Emerick a accepté de ne pas être payé lorsque, tout nouveau, il assista à la première session d’enregistrement des Beatles. C’est ensuite avec les Beatles (en groupe ou en solo) qu’il fit une bonne partie de sa carrière. C’est juste un exemple. Est-ce normal de travailler sans salaire au début de sa carrière ? Est ce que ça apporte réellement quelque chose de travailler gratuitement ? Quels projets devrait-on accepter et quels projets devrait-on refuser si on n’est pas rémunéré ? Souvent la réponse est « ça dépend ». À travers des exemples, je vais essayer de répondre à ces questions que se posent beaucoup de techniciens de son en herbe. La dernière fois j’ai regardé certains avantages et désavantages du travail gratuit. Cette fois ci je vous donne d’autres raisons de travailler gratuitement ainsi que des suggestions de ce que vous pouvez obtenir en échange ou, de ce que vous pouvez dire lorsqu’on vous propose de travailler gratuitement.

Autres raisons


Si vous acceptez de travailler gratuitement vous devez avoir quelque chose à gagner. Voici d’autres raisons qui pourraient vous faire travailler gratuitement :

  • Parce que vous savez que cette personne ou cette équipe attend une subvention,
  • Parce que le groupe ou musicien a un budget pour son album et qu’une session gratuite peut permettre de démontrer que vous êtes la personne appropriée et que le groupe en aura pour son argent avec vous.
  • Parce que le groupe que vous proposez de sonoriser en concert a des dates ou une tournée de prévue et que vous aimeriez qu’ils vous embauche comme sonorisateur sur ces concerts.
  • Parce que le projet en question vous permettra de travailler avec des acteurs/musiciens de talent avec qui vous n’auriez pas autrement la chance de travailler. Parfois travailler gratuitement est un bon moyen pour bénéficier de ces précieuses premières collaborations.
  • Parce que vous savez que vous aurez vraiment de la visibilité avec ce projet majeur. Attention, tout le monde prétend vous donner de la visibilité, c’est parfois une exaggération, mais c’est parfois très vrai. Si le projet profite d’une bonne publicité ou d’une couverture étendue dans les médias cela peut vous servir.
  • Parce que vous savez que vous êtes sociable et que vous avez suffisamment d’entre gens pour développer des contacts avec les gens que vous allez rencontrer peu importe la situation. Si vous développez des liens facilement vous n’aurez besoin de faire que quelques projets gratuitement pour vous faire connaître et être ensuite recommandés ou embauchés par la suite.
  • Parce que vous aurez l’occasion de travailler dans de vrais conditions professionnelles avec de vrais professionnels et que cela ne vous est jamais encore arrivé.
  • Parce que vous allez avoir l’occasion de travailler avec de l’équipement haut de gamme que vous n’auriez autrement pas l’occasion d’utiliser.
  • Parce que vous êtes techniquement aptes mais avez besoin d’améliorer votre travail en équipe, ou votre communication en situation professionnelle.
  • Parce que certains événements se font qu’avec des gens non rémunérés (événements communautaires, religieux, scolaires, levées de fonds…) et que personne n’est payé.
  • Parce que vous n’avez jamais enregistré un violon et que ce projet vous permettra de vous y essayer. Vous pourrez à l’avenir accepter un contrat (payant) qui vous demanderait justement d’enregistrer un violon. Vous aurez ainsi la confiance et l’expérience pour le faire en demandant d’être payé.
  • Si vous n’avez jamais fait une session de bruitage (« Foley ») pour un film, ce projet vous permettrait de vous y essayer sans trop de pression pour le résultat puisque vous n’êtes pas payé. Vous ne risquez pas de vous faire mettre à la porte. Même si au pire on vous demande d’arrêter parce que vous n’êtes pas à la hauteur, cela n’aura pas de grandes conséquences : vous n’avez pas perdu votre emploi et la session vous aura permis de vous pratiquer, de vous faire la main.
  • Obtenir de nouveaux crédits : Lorsque vous voulez pousser votre carrière dans une nouvelle direction, il peut être utile de travailler sans paye afin d’obtenir de nouvelles expériences. Voir le tableau plus bas.
  • Obtenir un échange de services. Les gens avec qui vous allez travailler gratuitement ont peut-être des talents qui pourraient vous être utiles, maintenant ou à l’avenir. Voir le tableau plus bas.

Obtenir de nouveaux crédits


Pour se faire connaître comme réalisateur : Je t’enregistre gratuitement si tu me laisse réaliser ton album.
Pour se faire connaître comme compositeur : Je t’enregistre gratuitement si tu enregistre aussi un de mes morceaux sur ton album.
Pour se faire connaître comme musicien : Je t’enregistre gratuitement si tu me laisse jouer de la guitare sur ton album.
Pour se faire connaître comme mixeur : Je t’enregistre gratuitement si tu me laisse mixer l’album (payé de préférence).

Obtenir des services en échange


Je t’enregistre gratuitement si tu fais des pistes pour la trame sonore d’un film sur lequel je travaille, si tu rajoutes du violon sur quelques-uns de mes morceaux.
Je t’enregistre gratuitement si tu me réfères des clients payants.
Je fais le son pour ton film gratuitement si tu me tourne une vidéo ou tu me fais un montage promotionnel.
Je fais le son pour ton défilé de mode gratuitement si tu me fais une session photo pour mon groupe.

Solutions


Voici des suggestions de ce que vous pouvez dire lorsqu’on vous propose de travailler gratuitement :

  • Si la personne qui demande vos services n’a pas de budget pour vous payer, demandez lui une compensation, sinon une indemnisation, sinon un dédommagement, sinon un cachet symbolique. Un petit quelque chose est toujours mieux que rien. Peut-être peuvent-ils le prendre dans le budget prévu pour les transport ou la nourriture?
  • Si la personne qui demande vos services n’a pas d’argent pour vous payer, demandez lui une collaboration ou un partenariat. Vous pouvez obtenir une part des ventes de billets à la porte lors d’une sonorisation de spectacle, vous pouvez obtenir une part des ventes futures sur un disque ou une production cinématographique par exemple.
  • Si la personne qui demande vos services n’a pas d’argent pour vous payer, demandez lui un échange de services. Puisque beaucoup de techniciens de son sont aussi des artistes, un échange de services est un bon moyen d’obtenir le « design » d’un logo ou d’une pochette de disque en échange de ses services de techniciens.
  • Si la personne qui demande vos services n’a pas d’argent pour vous payer et que vous acceptez, mettez des limites au temps que vous allez donner. Par exemple : une session gratuite de 4 heures pas plus, sinon c’est 25$ pour chaque heure supplémentaire.
  • – Si la personne qui demande vos services n’a pas d’argent pour vous payer et que vous acceptez, mettez des limites à ce que vous allez faire. Par exemple : vous enregistrez gratuitement mais s’il y a du montage à faire, c’est 25$ de l’heure. Voici un autre exemple : vous enregistrez gratuitement, à condition qu’il n’y ai pas de « overdubs » (re-re en français), tout le monde doit jouer en même temps. Cela met la pression sur le groupe et vous permet de ne pas perdre de temps dans des « overdubs » qui n’en finissent pas.

Conclusion


Si vous acceptez de travailler gratuitement, il faut que vous en tiriez un avantage sinon, pas sur que ça vaille le coup. Le travail gratuit a ses bons cotés et sert de tremplin, pour décoller, on ne devrait pas en avoir besoin lorsqu’on a acquit de l’expérience et déjà une carrière. Il est toutefois important de pouvoir repérer les occasions ou les projets qui mènent à de l’argent et repérer ceux qui ont peu de chances d’aboutir à de l’argent. Il est aussi important de pouvoir repérer les événements qui vous donnent réellement de la visibilité, et de vous assurer que c’est une visibilité auprès des bonnes personnes : qui voulez¬-vous rencontrer ? des réalisateurs de films, des responsables des ressources humaines, des concepteurs sonores, des groupes qui partent en tournée, des artistes qui veulent enregistrer un disque ? Alors, si vous faites du travail gratuit, assurez vous au moins d’avoir des cartes d’affaire avec vous.

Lire la première partie

 

Questions, commentaires : k.blondy@musitechnic.net