Cédric C. de Panos

C’est une véritable année d’immersion dans l’audio et, je le dis sans rire, j’en ressors en ayant appris à penser et à écouter différemment.

J’ai passé environ 10 ans à reluquer les annonces de Musitechnic avant d’oser m’inscrire. C’est vrai que c’est un gros coup à donner : comme les autres écoles de ce genre, ça représente pas mal d’argent. Et comme je savais pas trop si c’était fait pour moi, j’avais peur de me ruiner pour rien. Heureusement, on plonge direct dans l’action et, dès la première semaine, j’ai su que je finirais l’année.

Évidemment, comme l’école couvre tous les domaines liés à l’audio, certaines choses me rejoignaient moins (dans mon cas, la radio, bof). C’est normal. Mais eh, tant qu’à être là, aussi bien en apprendre le plus possible ! Et puis en même temps, je me suis découvert de l’intérêt pour la post-prod, alors que ça ne m’avait jamais traversé l’esprit avant.

Bref, c’est une véritable année d’immersion dans l’audio et, je le dis sans rire, j’en ressors en ayant appris à penser et à écouter différemment. Finalement, je peux dire que j’en ai eu pour mon argent !

J’ai passé environ 10 ans à reluquer les annonces de Musitechnic avant d’oser m’inscrire. C’est vrai que c’est un gros…

Posted by Cédric C. de Panos on 31 juillet 2015