Entrevue avec Christian St-Germain, technicien pigiste en audio

Preneur de son, mixeur, réalisateur, mastering, mix TV et cinéma

Christian St-Germain dans le studio vert
Christian dans le Studio Vert avec un étudiant

Musitechnic est fier de ses gradués et des professeurs qui partagent leur passion avec les étudiants. Cette entrevue rejoint les deux, puisque Christian St-Germain est un gradué Musitechnic (1995-96) est un technicien pigiste en audio et qu’il enseigne le mixage audio depuis 2011 chez Musitechnic.

ma porte d’entrée fut le travail en “live”, tout d’abord comme technicien de scène puis comme sonorisateur ainsi que responsable des séquences de tournée

MT : Décris nous ton métier de technicien pigiste en audio :
CSG :
Le technicien pigiste est appelé à effectuer diverses tâches reliées à l’audio. Enregistrement, mixage, mastering, montage audio, design sonore etc… sont toutes des déclinaisons du travail en audio. Pour ma part, j’ai aussi toujours maintenu, en parallèle au travail de pigiste, un studio personnel pour installer mes équipements et servir mes propres clients.

MT : Qui sont tes clients ?
CSG :
Aujourd’hui, ma base de clients se constitue principalement de studios commerciaux, de producteurs et d’artistes.

MT : Comment as-tu commencé ta carrière ?
CSG :
Après avoir gradué de Musitechnic en 1996, j’ai eu la chance de toucher à pratiquement toutes les facettes du métier de technicien pigiste en audio. Comme beaucoup d’entre nous, ma porte d’entrée fut le travail en “live”, tout d’abord comme technicien de scène puis comme sonorisateur ainsi que responsable des séquences de tournée. Tranquillement je me suis tourné vers le travail de studio tant en production musicale qu’en post-production.

MT : Parle-nous d’un point tournant dans ta carrière ?
CSG :
En 1998, j’étais technicien des séquences sur une tournée en France lorsque le producteur du spectacle m’a offert de me joindre à lui pour bâtir un studio dans sa maison à Montréal. Je suis devenu dès lors l’ingénieur principal sur toutes les productions qui ont vu le jour dans ce studio. Ce travail m’a donné l’occasion de travailler avec une multitudes d’artistes de grande renommée et de voyager pour enregistrer dans les plus grands studios américains et français.

MT : Parle-nous d’un projet dont tu es spécialement fier.
CSG :
Évidemment, le projet d’album “Le Secret” de Lara Fabian est un des projets dont je suis le plus fier principalement parce que sur ce projet j’ai eu l’opportunité d’être celui qui était au coeur de tout ce qui touche l’audio… de la pré-production à l’enregistrement de tous les instruments et des voix, du mixage jusqu’à la supervision du mastering.

MT : Parle-nous d’une réalité du domaine qui t’as le plus surpris.
CSG :
Le métier que je pratique est très atypique. Il faut être passionné pour faire sa place et durer. Les horaires, les entrées d’argent irrégulière et la constante incertitude à savoir si on aura toujours du boulot le mois prochain font du travail de pigiste un type de vie qui n’est pas pour tous. Pour répondre à la question, ce qui m’a le plus surpris avec les années ce n’est pas le métier lui-même et ses exigences mais plutôt ma capacité à vouloir vivre ce type de vie avec tout ce que ça implique.

MT : Quels sont tes outils de travail préférés ?
CSG :
Évidemment, on ne peut passer à côté de ProTools. C’est l’outil qu’on doit absolument maîtriser puisqu’il est le seul dénominateur commun entre les différents studios où l’on doit travailler. Par contre, récemment, pour mes propres productions et mixages j’utilise beaucoup la “Console 1” de Softube. C’est un contrôleur physique pour un plugin d’émulation de tranche de console de type SSL. J’adore la rapidité et la fluidité d’avoir un seul plugin par piste et des contrôles physiques dédiés pour les paramètres, très proche du mixage sur une console analogue tout en demeurant “in the box”.

MT : 3 conseils pour ceux qui se lancent dans cette industrie comme technicien pigiste en audio.
CSG :

  1. Pour que nos clients veuillent travailler (et retravailler!) avec nous il faut être fiable (à l’heure!), professionnel (connaître son métier et ses outils), patient et sociable.
  2. Connaître le “language” des gens avec qui on travaille. Par exemple, vous paraîtrez bien et allez inspirer confiance si sur une production musicale vous êtes capable de communiquer avec les réalisateurs et musiciens en termes musicaux. Même principe en post-production avec les gens du domaine de l’image ou en jeu vidéo avec les informaticiens.
  3. Travailler votre réseau, et je ne parle pas de réseaux sociaux!… Certes l’Internet à ses bons côtés mais rien ne se compare à rencontrer des gens, faire de véritables contacts et bâtir des relations d’affaire durables. La grande majorité de nos opportunités de travail viendront toujours des contacts que nous avons développés.

Liens WEB de Christian

www.audio360.ca

https://www.facebook.com/audio360.ca

 

Commentaires

  1. Etienne

    C’est bien Prof. Ça respire..

Laisser un commentaire